Allergies / Intolérances / Phobies

Pourquoi devient-on allergique ou phobique ?

Le système immunitaire gère les molécules qui entre en contact avec notre organisme (molécules ingérées, inhalées, injectées, touchées…). Ces molécules ne doivent pas occasionner de réaction immunitaire mais, parfois, notre cerveau informe de façon erronée notre système immunitaire. En effet, la réaction allergique est dictée par notre cerveau qui indique au système immunitaire que telle substance est néfaste pour l’organisme.

« Une allergie est une réponse défavorable d’un individu, sur le plan physique, physiologique et (ou) psychologique, à la présence d’une ou plusieurs substances appelées allergènes » (Docteur Devi Nambudripad)

Pour le Dr Callahan, créateur de la Thérapie du Champ Mental, (p.26 de son livre « Cinq minutes pour traiter vos phobies »), « il existe une similarité intéressante entre l’allergie et la phobie. Toutes deux semblent se développer spontanément. Toutes deux sont en rapport avec une prédisposition génétique et toutes deux se manifestent par une confusion des réponses qui devraient servir à protéger l’organisme.

« Le système immunitaire sert à contrôler automatiquement toute substance dangereuse ou chimique (germes, virus, corps étranger) qui pourrait pénétrer dans le corps. On sait maintenant que les allergies résultent d’une « panne » du système immunitaire. Celui-ci devenu pour une raison ou une autre incapable d’identifier un danger réel « protège » le corps contre une substance sans danger.

     Comme le système immunitaire, avec son système automatique de protection, le système de défenses psychologiques sert à protéger l’organisme du danger. Les phobies semblent alors résulter d’une « panne » de ce système. Les mains moites, les palpitations, l’accélération du rythme cardiaque et la décharge d’adrénaline sont autant de symptômes de la réponse «attaque/évitement» qui, dans des situations réellement dangereuses, nous sauve la vie. Mais quand il n’y a pas de danger réel, ces réponses peuvent être, en elles-mêmes, un facteur de stress pour l’organisme humain. »